D’après Wikipedia, la Pizza est, simplement, une tarte d’origine italienne.
Mais vous et moi savons qu’elle est bien plus que ça. Née, en Italie, la pizza a contaminé l’Europe avant d’exploser aux Etats-Unis. A tel point que, pour faciliter son intégration dans les menus scolaires des petits américains, la pizza a été classée parmi les « légumes » … Yep.

LA PIZZA = MAITRE DU MONDE

Aujourd’hui, la souveraine Pizza étend, chaque jour, son Empire pop-culturel et part à la conquête d’un nouveau territoire sauvage et hostile: Internet.

Ses missionnaires sont, chaque jour, plus nombreux et rivalisent d’imagination et de créativité pour exprimer leur amour de la Sainte-Pizza

LA PIZZA = IDEAL POLITIQUE

L’impact culturel de la Pizza atteint aujourd’hui jusqu’aux racines mêmes de notre civilisation. Et, comme toute bonne religion qui se respecte, elle génère extrémisme et guerres, notamment autour de l’Ananas. The Pinapple.

La façon de manger la pizza est également un profond révélateur de caractère et est devenue un véritable outil de travail pour les plus grands psychiatres de la planète.

Par exemple: Tortues ninjas = Gentils. Donald Trump = Méchant, parce qu’il mange sa pizza à l’envers.

LA PIZZA = RECETTES INDEMODABLES

La diversité de ses formes, ses gouts et ses pâtes est inimaginable ! Mais voici quelques classiques:

La Margherita : base tomate et fromage. Basique mais indémodable !
La Regina : une base Margherita + jambon et champignons. Une valeur sûre.
La calzone : le meilleur chausson que vous et votre chien mangerez de votre vie.
L’orientale : merguez, boeuf épicé et poivrons, pour ceux qui ont l’estomac accroché. Et vaste.
La barbecue : base sauce barbecue, poulet et bacon … Saveur sucré-salé et ambiance USA.
La chèvre-miel : Pour les plus doux d’entre nous.
L’hawaïenne : C’est elle. La fameuse. Celle aux ananas. Alors, pour ou contre ?
La végétarienne: Parce-qu’il en faut pour tous les goûts (du moment que vous ne mettez pas d’ananas dessus …)
Au chocolat/Nutella. Le meilleur pour la fin. Et la faim.

Dorian Masson