Vous êtes dans une filière dans laquelle vous devez obligatoirement faire un stage… Ou dans un lycée qui l’a inscrit à votre programme, comme c’est de plus en plus souvent le cas en seconde, de manière obligatoire ou facultative. Or, vous avez un souvenir mitigé de votre stage de 3e , que vous avez fait dans un environnement pas très, disons, stimulant…

Conclusion : cette fois-ci, vous allez mettre toutes les chances de votre côté pour trouver le BON stage pour apprendre des tas de choses intéressantes. Reste que c’est loin d’être évident… Wefuzz vous livre quelques clés ! 

Faire une liste et identifier des contacts

Avant de commencer votre recherche de l’endroit où vous pourriez faire le stage, dressez la liste des mé- tiers ou des secteurs d’activités qui vous intéressent, ou avec lesquels vous avez un minimum de proximité (intellectuelle, culturelle, ou juste de la curiosité). À partir de là, avec vos parents et les adultes qui vous entourent, et à partir de recherches sur le web, faites la liste des structures (entreprises, associations, administrations…) proches de chez vous auxquelles vous pourriez proposer votre candidature.

Si cette liste est difficile à faire, faites la liste de tous les membres de votre famille auxquels vous pourriez demander (avec l’aide de vos parents) s’ils ont des idées : eux-aussi peuvent vous donnez un coup de pouce, par exemple en demandant dans leur propre entourage si une entreprise dont ils connaissent des dirigeants peuvent vous accueillir.

Lorsque vous dresserez cette liste, il faudra trouver les bons contacts : la ou les personnes dans ces structures à qui vous allez vous adresser. Il est en général assez facile sur le site de ces structures de trouver un nom (dans la rubrique Contact, ou Qui sommes-nous), un mail et éventuellement un numéro de téléphone.

Pensez aussi à vous renseignez auprès de la banque de stages de votre académie : normalement il y en a dans toute la France, mais certaines ne s’adressent pas directement aux élèves mais aux professeurs ; c’est alors à eux de se renseigner. Il existe aussi des banques de stage associatives locales, il faut là aussi faire quelques recherche sur le web pour voir s’il y en autour de chez vous.

Savoir présenter sa candidature

Petit rappel ce que vous avez peut-être déjà fait pour votre stage de 3e : il faut rédiger deux documents que vous allez envoyer à vos interlocuteurs. D’abord, un CV (curriculum vitae) va résumer qui vous êtes et ce qui vous intéresse. Vous trouverez plein d’exemples sur le web, mais ils ne seront pas forcément adaptés au profil d’un lycée car vous n’avez pas encore d’expérience professionnelle. Retenez que vous devez faire figurer :

  • En haut vos noms, adresse, coordonnées mail et téléphone et situation (lycée en 2nde B au lycée Matt Pokora de Couette-en-Béry),
  • Puis une rubrique FORMATION de quelques lignes sur votre parcours scolaire (avec les options suivies, et aussi par exemple si vous avez fait des voyages scolaires à l’étranger) ; précisez également les langues que vous étudiez, vos compétences en informatique ou dans d’autres domaines.
  • Si vous avez déjà fait des stages ou des petits boulots, indiquez-les dans une rubrique EXPERIENCE
  • Enfin, la rubrique ACTIVITÉS et CENTRES D’INTÉ- RÊT permettra à la personne qui recevra votre candidature de mieux vous connaître, de se faire une idée de ce qui vous intéresse et surtout de votre dynamisme, et cela peut faire la différence entre vous et un autre candidat. Indiquez-y si vous pratiquez tel sport en club, si vous êtes scout, si vous animez un blog, si vous jouez d’un instrument ou encore si vous écrivez des fanfictions… Dites-tout !

Enfin, vous enverrez ce CV accompagné d’une lettre de motivation. Là-dessus, soyons clair : toutes les lettres de motivation se ressemblent, et c’est compréhensible ! Retenez qu’il s’agit juste :

  • de vous présenter,
  • de préciser pourquoi vous écrivez (faire un stage) et quand ça doit se passer (dates du stage)
  • d’expliquer pourquoi la structure à laquelle vous vous adressez vous intéresse – dans la mesure du possible, par exemple et surtout si elle à un rapport avec ce que vous voudriez faire plus tard,
  • d’écrire dans un français correct sans faute d’orthographe.

 

Des objectifs et un peu d’audace 

Pour chacune de ces étapes, il faut solliciter vos parents mais aussi vos profs pour relire votre CV et votre lettre de motivation.

Ensuite, il faut passer à la phase concrète : la demande. Comment s’y prendre  ? La plupart des candidats envoient un mail personnalisé à chacun des contacts identifiés dans leur liste. D’autres prennent une demi-journée pour passer des appels téléphoniques à toute leur liste. Certains y vont au culot, seuls ou accompagnés : ils se rendent directement dans l’entreprise ou le magasin et demandent à voir un responsable pour lui remettre CV et lettre de motivation. Et souvent, ça marche  ! Le mieux est probablement de faire un peut tout ça à la fois.

Évidemment, ça demande un peu d’audace et de courage, surtout quand on a le trac au téléphone. Le premier appel est le plus dur. Vous pouvez demander à un adulte de passer un coup de fil devant vous pour bien vous imprégner de la manière de faire avant de vous lancer. Ou bien répétez avec lui comme si vous jouiez au théâtre.

Sachez aussi qu’il ne faut pas hésiter à appeler même si on n’a aucun nom précis sur sa liste. Si vous tombez au standard de l’entreprise, présentez les choses simplement : « Bonjour, je suis élève en seconde, je voudrais faire un stage de découverte de quelques jours, pouvez-vous m’orienter vers la personne à qui je pourrai présenter ma candidature ? ».

Dites-vous que les gens auxquels vous téléphonez sont habitués à recevoir des demandes comme la votre, et ils sont en général polis et bienveillants, car il savent que ce n’est pas facile pour vous. Bon, il y aura toujours quelques exceptions…

Téléphonez, mais pas n’importe quand

Le lundi matin dans les entreprises et les collectivités, il y a souvent des réunions ; le mercredi après-midi et le vendredi après-midi dans les administrations, le téléphone sonne souvent dans le vide. Privilégiez le mardi et le jeudi matin ou après-midi. Mais vous êtes en cours, nous répondrez-vous ! Hé bien demandez un coup de main à vos parents, ou négociez avec votre professeur principal – avec l’aide du délégué de classe – des temps de prospection téléphonique sur le temps scolaire, puisque c’est pour la bonne cause.

Enfin, et c’est très important, RE-LAN-CEZ  ! Quand vous savez qu’une personne a bien reçu votre demande, et que vous n’avez pas de nouvelles alors que le temps passe, n’abandonnez pas. Dites-vous que la personne sait très bien qu’elle doit vous répondre, même si c’est pour vous dire « non ». Et dites-vous aussi que vos interlocuteurs sont habitués, dans leur travail, à être relancés, donc ça ne va pas les choquer ! C’est normal de relancer !