Concertations, rapports et rumeurs vont bon train sur ce que va devenir le baccalauréat au terme de la réforme annoncée par le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer. Mais qu’est-ce qui va vraiment changer pour les lycéens qui passeront le bac en 2021 ?

Selon les informations recueillies par WeFuzz, et au regard des pistes préconisées par le rapport de Pierre Mathiot remis au ministre de l’Éducation nationale le mois dernier, voici les principales évolutions auxquelles s’attendre :

  • prise en compte du contrôle continu dans la note globale de l’examen : 60 % pour les épreuves (dont un grand oral) et 40 % pour les résultats de première et de terminale ;
  • les épreuves anticipées et terminales seraient au nombre de 5, dont une épreuve anticipée de français, écrite et orale, valant pour 10 % de la note totale, deux épreuves correspondant aux majeures, et comptant pour 10 et 15 % de la note totale, puis deux épreuves communes, un grand oral valant 15 % du total, et enfin une épreuve de philosophie comptant pour 10 %.
  • semestrialisation de l’année scolaire favorisant une spécialisation progressive : un premier semestre commun et un second semestre permettant d’étudier les matières optionnelles ;
  • davantage d’accompagnement : la fin des séries laisserait place à une organisation du lycée en six semestres et trois blocs : les épreuves terminales, le contrôle continu et enfin l’accompagnement à l’orientation, à l’acquisition de méthodes, à la découverte de l’enseignement supérieur et à la préparation du grand oral.
  • les élèves qui obtiendraient entre 8 et 10/20 de moyenne au bac ne passeraient plus des épreuves de rattrapage, mais le jury statuerait sur la base du livret scolaire
  • les jurys pourraient prendre en compte l’assiduité des élèves, et donc retirer des points au-delà d’un certain pourcentage d’absences.
  • disparition des séries au profit de trois grandes catégories disciplinaires correspondant à un certain nombre de « majeures » : Sciences et ingénierie, Sciences et technologies, et Lettres-humanités-société.

F.C.