Autrefois plébiscitée par le public et les critiques, détentrice de plusieurs records d’audience, The Walking Dead n’a cessée depuis quelques années de se complaire dans une médiocrité croissante, avant de toucher le fond au cours de la saison 7.

Que faire ensuite ? Relever la tête ? Eh bien non, The Walking Dead a décidé de creuser pour aller encore plus bas. Voici ce qu’inspire la saison 8 et ses 16 épisodes catastrophiques.

Bon… Peut-être pas tous. Il y a matière, avec les quelques séquences qui surnagent, à tirer deux épisodes corrects de cet ensemble non seulement poussif mais aussi ridicule plus qu’à son tour. La faute à qui ? Au showrunner, soit le chef des opérations, qui s’est d’ailleurs fait remercier.

Un nouveau showrunner pour la saison 9

La saison 9 sera donc réalisée sous la direction d’une autre personne. Les audiences en chute libre sont passées par là. La sentence du public a été sans appel. Les scénaristes vont devoir revoir leur copie, même si la toute fin de ce huitième acte, avec son retournement particulièrement à la ramasse, après une conclusion plutôt sauvage, n’encourage pas vraiment de quelconques espoirs.

C’est en multipliant les dialogues confondant de bêtise, en ne cessant de tirer sur la corde pour gagner du temps, en mettant les zombies de côté ou encore en parvenant à ne même plus réussir à emballer correctement des épisodes parfois marqués par des effets spéciaux scandaleux (malgré un budget conséquent), que The Walking Dead en est arrivée là où elle est.

Personne ne sait vraiment ce qu’il fait là

Les personnages n’ont pour la plupart plus aucune substance, réduits qu’ils sont à une accumulation de clichés gênants. On a sérieusement l’impression que personne ne sait vraiment ce qu’il fait là.

Fatalement, à la fin, c’est à nous de nous poser la même question : pourquoi continuer à regarder ? Surtout quand, à côté, les vraies bonnes séries, y compris dans un registre horrifique, sont nombreuses. Pourquoi laisser sa chance à un show qui n’a cessé de nous décevoir et qui, avec cette saison 8, vient de battre des records dans la nullité ? Difficile de se montrer serein quant à l’avenir de cet ancien phénomène.

Une chose est sûre : la marge de manœuvre des producteurs n’a jamais été aussi mince et pour survivre, il va falloir faire des choix non seulement pertinents, mais aussi audacieux… Autrement dit, ce n’est pas gagné.

Gilles Rolland

Retrouvez toutes les chroniques Ciné & Séries de Gilles Rolland sur