La procédure d’orientation Parcoursup, pour sa première année opérationnelle, rencontre des difficultés : dans une poignée d’universités, des commissions pédagogiques chargées d’examiner les demandes refusent tout simplement de « trier » les élèves au nom du refus de la sélection à l’entrée dans l’enseignement supérieur.

Mais un autre problème menace, c’est celui des capacités d’accueil : Parcoursup étant en rodage, l’incertitude plane quant à la « ventilation » des futurs étudiants à l’issue de la première étape des vœux qui vient de se clôturer : en plus clair, lorsque des vœux 1 seront confirmés à une grande partie des étudiants à partir du 22 mai, cela éclaircira l’horizon des places disponibles restantes dans les différentes filières.

+ 29,5 % de demandes en STS

Or, selon les premiers chiffres connus sur les vœux formulés par les futurs bacheliers 2018, 68 % de ces vœux concernent des filières sélectives (IUT, STS, classes prépas, écoles), et ils sont en augmentation de 14 % par rapport à 2017 : en particulier dans les IUT (+ 26 % par rapport à 2017) et dans les STS (+ 29,5 %).

Les licences universitaires attirent elles aussi beaucoup selon les disciplines, avec notamment + 17 % de candidats en Staps (mais à l’inverse, – 18 % en droit).

Or, c’est à l’issue de la première étape de classement que l’on saura quelles filières vont se « dégonfler » (les demandes des candidats ayant leur vœu 1 satisfait disparaîtront), et quelles autres sont toujours engorgées.

Des annonces rassurantes ?

Pour tenir compte de ces tendances et faire face à d’éventuels problèmes de capacités d’accueil, le gouvernement a annoncé le 25 avril qu’il s’engageait à créer de nouvelles places dans les STS, les IUT et les licences les plus demandés sur Parcoursup.

Il faut savoir également que, depuis le début de l’année, le gouvernement a engagé 13 millions d’euros afin de financer la création de 19 000 nouvelles places dans les filières les plus demandées : 17 000 en licence (dont 3 000 places en Staps, 2 000 en droit, 2 000 en éco-gestion, 1 700 en Paces) et 2 000 en BTS.

Enfin, des « marges de manœuvres budgétaires » sont prévues afin de pouvoir ajuster les places disponibles et les demandes avant l’été.

Cela suffira-t-il ? Nous le saurons dans les prochains mois…

 

A lire également sur WeFuzz : 

 

PARCOURSUP : CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LES « ATTENDUS »

PARCOURSUP : QU’EST-CE QUE LA FICHE AVENIR ?

PARCOURSUP : CE QUI VOUS ATTEND