L’UNICEF (Fonds des Nations unies pour l’enfance) vient de publier un rapport sur la violence à l’école selon lequel, dans le monde, « près de 720 millions d’enfants en âge d’être scolarisés vivent dans un pays qui n’interdit pas totalement les châtiments corporels à l’école ».

L’organisation précise que « la moitié des adolescents dans le monde, soit 150 millions de jeunes âgés de 13 à 15 ans, sont victimes d’actes de violence à l’école et aux abords de l’école ». On apprend aussi – est-ce une surprise ? – que les filles « ont plus de risques d’être victimes de harcèlement psychologique tandis que les garçons sont davantage exposés à la violence et aux menaces physiques ».

En France, 51 % des élèves âgés de 13 à 15 ans déclarent avoir été victimes d’intimidation à l’école au moins une fois au cours des deux derniers mois et / ou avoir été impliqués dans une bagarre physique au moins une fois au cours des 12 derniers mois. 

Une campagne mondiale pour protéger les élèves

Dans le cadre de sa campagne #ENDviolence, l’UNICEF va organiser dans le monde entier plusieurs Débats Jeunesse dirigés par des élèves afin d’élaborer des recommandations adressées aux dirigeants mondiaux. Objectif : faire adopter des lois visant à protéger les élèves de la violence à l’école, à renforcer les mesures de prévention, et à soutenir les élèves qui dénoncent la violence.