Le choix d’un poème d’Andrée Chedid (grand-mère du chanteur M) retenu pour l’épreuve de français dans les séries ES et S n’a pas plu à tout le monde. Une pétition, qui a recueillie près de 30 000 signatures au moment où nous publions, demande un assouplissement des critères de notation.

« Les élèves ayant choisi la filière S et ES ne sont pas pour la plupart à l’aise avec la matière du Français et la difficulté de l’épreuve était extrêmement élevée par rapport à la capacité des élèves à raisonner et à connaitre des notions sur la poésie », explique la pétition.

Dans le sujet « Ecriture poétique et quête du sens, du Moyen Age à nos jours », le poème d’Andrée Chedid, Destination : arbre, était proposé en commentaire de texte.

« Travail détruit et bafoué »

Un sujet considéré comme « trop difficile », et qui aurait été vécu comme une « humiliation », selon les auteurs de la pétition : « Les cours de français travaillent sur des poètes anciens et leur mouvement littéraire connus de tous (La Pléiade, le Parnasse, le Romantisme…). Tout au long de l’année, les élèves de première s’attaquent à l’immense tâche d’apprendre ces mouvements littéraires qui ne sont pas faciles à comprendre. Et oui, c’est dur le français et les élèves le travail (sic) beaucoup. Mais ce lundi 17 juin 2019, ce travail fut détruit, inutile et bafoué. Des centaines d’heures de travails (sic) pour tomber sur l’inconnu. Non les élèves ne sont pas entrainés sur l’inconnu ».

L’année dernière, c’est une épreuve de maths du bac S, jugée également « trop difficile », qui avait suscité une pétition.

Pour le plaisir, WeFuzz partage avec vous ce poème… controversé :

Destination : arbre

Parcourir l’Arbre
Se lier aux jardins
Se mêler aux forêts
Plonger au fond des terres
Pour renaître de l’argile

Peu à peu

S’affranchir des sols et des racines

Gravir lentement le fût

Envahir la charpente

Se greffer aux branchages

Puis dans un éclat de feuilles
Embrasser l’espace
Résister aux orages
Déchiffrer les soleils
Affronter jour et nuit

Evoquer ensuite
Au cœur d’une métropole
Un arbre un seul
Enclos dans l’asphalte Éloigné des jardins
Orphelin des forêts

Un arbre

Au tronc rêche

Aux branches taries

Aux feuilles longuement éteintes

S’unir à cette soif
Rejoindre cette retraite
Ecouter ces appels

Sentir sous l’écorce
Captives mais invincibles
La montée des sèves
La pression des bourgeons
Semblables aux rêves tenaces
Qui fortifient nos vies

Cheminer d’arbre en arbre
Explorant l’éphémère
Aller d’arbre en arbre
Dépistant la durée.

Image : andreas160578/Pixabay