Il existe différentes façons de combiner études et travail, les plus connues étant l’alternance et les petits boulots étudiants. Mais il existe une troisième option, moins sollicitée par les étudiants : l’enseignement à distance (EAD). Yvon est allé à la rencontre de Camille, fraîchement diplômée d’une licence de linguistique. Elle a accepté de nous faire un retour sur son expérience.

Dans les grandes lignes, quel a été ton parcours scolaire ?

Après un bac littéraire et une première année de classe préparatoire après le lycée, j’ai passé un BTS Communication au CNED. Puis j’ai enchaîné avec deux années de licence en Sciences du langage à l’Université Montpellier 3, en enseignement à distance. J’ai donc fait une grande partie de mes études par correspondance.

Pourquoi as-tu choisi la formation à distance ?

Après mon année de prépa, ma situation personnelle a fait que j’ai du déménager et trouver un travail. J’avais pour projet de continuer mes études et c’était la solution la plus évidente pour moi.

Partiels regroupés en fin d’année

Dans la pratique, comment ça se passe ?

En BTS, au CNED, j’ai reçu tous mes cours par courrier en début d’année. J’avais un stage à faire en deuxième année, que j’ai pu faire au sein de l’entreprise dans laquelle je travaillais à l’époque, ce qui s’est avéré pratique. Au cours de l’année, j’avais des devoirs à rendre et, en fin d’année, je passais mes examens dans le centre d’examen le plus proche. Je les ai passés avec les élèves qui suivaient le cursus en présentiel.

A la fac, pour ma licence, c’était un peu différent. Tous les cours étaient disponibles en ligne, sur mon ENT. J’avais aussi des dossiers à rendre au cours de l’année. En principe à la fac, quand on est en présentiel, on a deux sessions de partiels, à la fin du premier et du second semestre. Mais là où j’étais, ils regroupaient tous les partiels en fin d’année pour les étudiants à distance. C’était plus pratique en terme d’organisation parce qu’on passait les partiels sur place, à Montpellier. Du coup, on se déplaçait seulement pour une semaine. Mais à côté de ça, on avait les partiels de toute l’année à passer sur une seule semaine.

Est-ce que tu peux demander la bourse en formation à distance ?

Oui, absolument ! Pour mon BTS, je n’ai pas fait la demande parce que c’est mon employeur qui prenait en charge les frais de scolarité. Mais par contre à la fac, j’ai pu avoir la bourse du CROUS. Attention par contre, si vous touchez la bourse vous êtes dans l’obligation de rendre tous vos devoirs !

Dans la pratique, tu t’es organisée comment ?

C’était pas toujours évident ! J’ai trouvé un emploi à temps plein en même temps que je commençais mon BTS. Et donc durant mes quatre années d’enseignement à distance, je travaillais 35 h par semaine. Ça m’a demandé beaucoup d’organisation. Je travaillais le soir après le boulot et souvent le week-end. J’ai réussi à m’en sortir parce que je mettais toujours mes objectifs au clair pour chaque cours. Ça me permettait d’avoir une vision précise des devoirs que j’avais à rendre et des échéances, et donc de mieux m’organiser.

Papier ou numérique, pour être organisé et être au clair sur les objectifs, l’agenda te sauve la vie.

Est-ce que tu as senti un changement de difficulté en passant du BTS à la licence ?

Pas vraiment. D’ailleurs c’était plutôt l’inverse. J’ai trouvé le système d’enseignement à distance plus compliqué avec le BTS, parce que c’est une filière qui se veut professionnalisante. Et quand on vous demande de préparer des projets professionnels, ça peut être déstabilisant si vous êtes seul pour vous en occuper.

La licence, ça s’est fait plus naturellement. C’est sûr qu’il y avait plus de contenus à apprendre et plus de dossiers à rendre. Mais les enseignements sont plus théoriques dans l’ensemble, donc j’ai trouvé ça plus facile du point de vue de l’apprentissage.

“Ayez un objectif clair”

As-tu des conseils à donner à des étudiants qui voudraient tenter l’expérience ?

Il faut être sûr de savoir s’organiser et être prêt à donner de son temps. Je sais que, personnellement, mon année de prépa m’a beaucoup aidée en terme d’organisation de travail et que ma motivation a fait le reste. L’EAD, c’est une solution très pratique pour des étudiants qui ne peuvent pas se permettre d’assister aux cours, mais ce n’est pas une solution facile. Donc, mon conseil : ayez un objectif clair. Je pense que c’est compliqué de s’accrocher si on n’est pas vraiment motivé par un objectif précis.

Dans les grandes lignes, tu peux nous donner les avantages et les inconvénients ?

Les avantages : la possibilité de travailler à temps plein si besoin et d’organiser son emploi du temps comme on le souhaite. Les inconvénients, je dirais la charge de travail, c’est sûr, mais aussi la motivation qui peut baisser quand on travaille seul.

 

L’astuce Yvon

Pour découvrir l’offre de formation à distance des établissements d’enseignement supérieur, tapez dans votre moteur de recherche le nom d’un établissement + EAD, ou licences + EAD.