Figurant parmi les plus belles réussites de Netflix en matière de séries, Mindhunter a opéré son grand retour en cette fin d’été avec une nouvelle salve de 9 épisodes. Une saison toujours focalisée sur les fameux entretiens avec des tueurs en série tristement célèbres, mais pas seulement…

Mindhunter s’attache à raconter l’histoire vraie de la création de la division profilage du FBI à travers le parcours de trois enquêteurs. Ces derniers étant persuadés que de multiples interrogatoires menés auprès de tueurs condamnés pourront leur permettre de dresser une liste de profils susceptibles d’aider le FBI dans ses futures enquêtes.

Et c’est justement alors qu’ils continuent de se déplacer aux quatre coins du pays pour rencontrer des meurtriers, que Ford et Tench, les deux personnages principaux, sont dépêchés à Atlanta où sévit un tueur aussi insaisissable que violent. L’occasion pour eux de mettre à l’épreuve leurs nouvelles méthodes encore contestées par une partie de leurs collègues.

Chroniques criminelles

Racontant en filigrane la terrifiante histoire du tueur d’Atlanta qui, au début des années 80, a bouleversé l’opinion publique, cette saison 2 confronte aussi ses personnages à des nouvelles figures du crime. Charles Manson, le gourou de la secte responsable de l’assassinat de l’actrice Sharon Tate, faisant partie du casting.

Le plus fou, c’est que que la saison 2 a été mise en ligne quelques jours après la sortie du film de Quentin Tarantino, Once Upon a Time… In Hollywood, dans lequel intervient également Manson. Damon Herriman incarnant le personnage dans la série ET dans le film ! Une situation assez unique… Mais il faut dire que dans les deux cas, Herriman propose une interprétation glaçante de réalisme. Totalement investi, il est au centre de l’une des séquences les plus mémorables de la saison 2 de Mindhunter.

Manque d’unité

Malheureusement, si Mindhunter brille à nouveau sur bien des plans, elle échoue cette fois-ci à faire preuve d’une aussi grande unité que la première saison. L’histoire étant clairement scindée en deux, voire en trois ou quatre : d’un côté l’enquête au sujet du tueur d’Atlanta, et de l’autre les entretiens avec les serial killers. Sans oublier l’histoire personnelle de Bill Tench, cette fois-ci plus développée et celle de Wendy Carr. Les différentes parties ayant parfois du mal à se répondre les unes aux autres.

Heureusement, cela n’empêche pas ces 9 nouveaux épisodes de s’avérer marquants à plus d’un titre. Portée par le talent de réalisateurs minutieux, dont David Fincher, Mindhunter fait preuve d’un caractère frondeur très appréciable et n’hésite jamais à regarder en face l’ignominie dont il aborde bien des facettes, au risque de perturber les spectateurs les plus sensibles.