Dormir nous permet de recharger nos batteries, régule le stress et joue un rôle primordial dans la croissance tout en favorisant un meilleur apprentissage. Mais concrètement, pourquoi ?

Vous êtes bien placés pour savoir que c’est souvent compliqué d’aller se coucher, même en pleine semaine quand on doit se lever à 6 heures le lendemain. On regarde un dernier épisode, on entame un film tout en sachant qu’il va nous mener au milieu de la nuit ou on traîne sur les réseaux sociaux… pour finalement se maudire le lendemain matin quand il faut se sortir de sous la couette…

On dort, mais le cerveau travaille

Dormir est essentiel quand on étudie. Toutes les études menées sur la privation du sommeil démontrent caractère vital du sommeil pour nos petites cellules grises.

Quand vous sombrez dans les bras de Morphée, votre cerveau lui, est bien éveillé. La nuit lui permet de faire le bilan de tout ce qui s’est passé pendant la journée. Les leçons et cours sont emmagasinés et classés. Relire vos notes avant d’aller vous coucher peut aider le cerveau à les comprendre et à mieux les retenir. En revanche, faire une nuit blanche avant un examen pour combler son retard est totalement contre-productif.

Rentrons dans le détail. Pendant le sommeil, le cerveau procède à une réinitialisation des connexions entre les neurones, préservant ainsi la mémoire. Un peu comme un ordinateur que l’on « nettoierait » en défragmentant par exemple le disque dur afin de lui permettre de fonctionner plus rapidement et de stocker de nouveaux fichiers. La différence, c’est que le cerveau lui, possède un disque dur quasi illimité. À condition de prendre soin de ses nuits, donc.

La fatigue accumulée finit par se payer

Et au cas où vous vous posez la question : non, il ne sert à rien de “rattraper” son sommeil. Mieux vaut préserver ses nuits et s’octroyer une petite sieste de 20 minutes dans la journée, plutôt que d’accumuler le retard de sommeil en se disant qu’on fera bientôt une « grosse » nuit avec une belle grasse mâtinée. Cette stratégie peut donner l’illusion de marcher sur le court terme, mais notre corps n’est pas fait pour marcher comme ça. La fatigue accumulée finit toujours pas se payer. Les sportifs le savent bien : même entraîné, on risque plus facilement de se claquer quand on manque de sommeil qu’en temps normal, même si on se sent bien. Le cerveau, c’est pareil ! Il marche moins bien quand son rythme de sommeil est instable.

Quand on est submergé par le travail, mieux vaut donc se dire que dormir n’est pas une perte de temps mais bel et bien une étape primordiale du processus qui à terme, vous permettra de mieux assimiler les informations et donc de mieux apprendre.

Nan mais là j’apprends en fait.

Comment bien dormir ?

Bien dormir équivaut à adopter une petite routine plutôt simple en apparence mais parfois difficile à conserver au quotidien.

Pour commencer, il convient de prendre soin de son alimentation. Le soir en semaine, on évite les excitants, comme le café ou l’alcool, ainsi que les repas trop lourds. La digestion pouvant gêner l’endormissement, et même la qualité du sommeil (on a chaud, on cauchemarde…). La lumière bleue (des écrans) est également à proscrire. Le pire, ce sont les jeux vidéo, car ils maintiennent le cerveau dans un état d’excitation durable. Plus facile a dire qu’à faire, car ça signifie qu’il faut bannir les tablettes et les smartphones avant d’aller se coucher. Misez tout sur un bon livre ! À l’ancienne ! La lecture aide par contre le cerveau à se préparer pour la nuit, et il peut nous installer dans une délicieuse somnolence avant d’éteindre.

Pour le reste, c’est plutôt simple : on s’immerge dans le calme et l’obscurité, on surveille la température de la chambre (plutôt fraîche que trop chaude) et on fait du sport régulièrement. Pas juste avant d’aller se coucher mais pendant la journée. Une bonne hygiène de vie et une activité physique vont, à n’en pas douter, vous permettre de dormir comme un loir… et donc de mieux apprendre.


A LIRE AUSSI SUR YVON MAG’

Un tiers des étudiants a déjà subi des violences