Parcoursup est un sujet d’inquiétude pour beaucoup de lycéens.  Mais peut-être faut-il déstresser un peu, car peu à peu le système s’améliore. Et des nouveautés devraient vous faciliter la tâche cette année. Yvon fait le point.

Cette année, dès le 19 juillet, date de fin de la procédure principale, 89 % des bacheliers avaient reçu une proposition d’admission, contre 83 % à la même période en 2018, selon les chiffres officiels. Signe que la plateforme semble avoir gagné en fluidité. C’est en tout cas ce qu’on vous souhaite.

Un bémol cependant : les chiffres font apparaître des disparités dans le nombre de propositions reçues par les candidats. 96 % des bacheliers généraux ont obtenu au moins une proposition sur Parcoursup contre 88 % des bacheliers technologiques et 78 % des bacheliers professionnels.

Sachez toutefois, si vous étiez encore en galère d’affectation, que les candidats sans réponses peuvent saisir la commission d’accès à l’enseignement supérieur (CAES) de leur académie jusqu’au 14 octobre pour espérer trouver la formation qui leur convient.

Et les nouveautés alors ?

Le ministère de l’Enseignement supérieur a annoncé quelques nouveautés pour l’édition 2020 avec l’élargissement de l’offre de formation de la plate-forme, avec 600 nouvelles formations reconnues par l’Etat. Parmi elles les instituts d’études politiques, les écoles de commerce, les formations aux métiers d’art, mais aussi les instituts de formation aux professions paramédicales-orthophonistes, ergothérapeute, etc.

2020 marquera également pour Parcoursup la poursuite de « lisibilité des modes de reconnaissance de l’enseignement supérieur privé » : en clair, afin d’éviter les abus, l’offre des écoles supérieures privées doit être de meilleure qualité que jusqu’à présent.

Cela se traduira notamment par une nouvelle signalétique permettant d’identifier d’un seul coup d’œil les formations disposant d’une forme de reconnaissance délivrée par l’Etat.

Enfin, Parcoursup 2020 intégrera les nouvelles filières de formations médicales qui démarreront à la rentrée 2020. Celles-ci remplaceront la PACES (Première année commune aux études de santé) et marquent la disparition du numerus clausus, qui a terrifié des générations d’étudiants en première année de médecine !


A LIRE AUSSI SUR YVON MAG’

L’aide à la mobilité Parcoursup, comment ça marche ?