Ce n’est un secret pour personne : l’urgence écologique nous préoccupe de plus en plus. Alors Yvon s’est posé la question : comment connaître avec fiabilité son empreinte écologique, et éventuellement réduire notre influence sur le réchauffement climatique ? C’est dans cette optique que le WWF (Fonds mondial pour la nature) a mis en place un test très simple et ludique.

Combien de planètes mangeons-nous ?

Ce test vous propose de répondre à plusieurs questions visant à établir votre profil concernant votre empreinte carbone. Des questions inhérentes à vos habitudes de consommation, à votre logement ou encore à votre alimentation et à vos déplacements.

Le but étant de savoir combien de planètes Terre seraient nécessaires à l’ensemble de la population mondiale si tout le monde vivait comme vous. Attention, car le test utilise les francs suisses et non les euros. Prenez le temps d’effectuer les conversions pour les questions portant sur les dépenses mensuelles.

Le jour du dépassement

Le WWF établit également chaque année la date du jour du dépassement. De quoi s’agit-il ? Tout simplement du jour de l’année où l’humanité a dépensé l’intégralité des ressources que la planète est censée fournir pour une année. Cette date étant le 10 mai pour 2019. Ce qui signifie que depuis, nous vivons tous à crédit, sur des réserves de moins en moins importantes.

Cela dit, tous les pays n’ont pas les mêmes habitudes et ne dépensent pas la même quantité de ressources. Savez-vous ainsi quel pays est le plus gourmand ? Les États-Unis ! Il faudrait 5 planètes Terre pour couvrir nos besoins si nous vivions tous comme les Américains. Viennent ensuite l’Australie (4,1 planètes), la Russie (3,2 planètes) et l’Allemagne (3 planètes). La France venant se classer à la huitième place avec 2,7 planètes, soit à peu près la quantité de planètes dépensée chaque année au niveau européen.

Le Global Footprint Network

Pour aller plus loin, et en anglais uniquement, le test du Global Footprint Network peut aussi s’avérer intéressant. Un test qui pose des questions comme « à quelle fréquence mangez-vous des produits d’origine animale » ou « combien d’heures passez-vous dans un avion tous les ans ? ».

Alors oui, les résultats de ces deux tests s’avèrent un poil flippants. Néanmoins, ils peuvent aussi aider à se rendre compte de l’urgence de la situation pour agir tous ensemble en faveur d’une amélioration significative.


A LIRE EGALEMENT SUR YVON MAG’

Sauver la planète : et si on commençait avec des gestes simples ?

Pesticides : tous les fruits et légumes à éviter… ou à manger bio