Kate mène une existence plutôt dissolue. Vendeuse dans un magasin de décorations de Noël à Londres, elle ne sait pas quelle direction donner à sa vie. Tom, un jeune homme, va tout changer…

Alors oui, dit comme ça, Last Christmas a tout de la comédie romantique typique. Et pourtant non, pas tout à fait. Car Last Christmas, qui s’inspire d’ailleurs de la chanson éponyme de George Michael, cache au final bien son jeu. Voici 3 bonnes raisons de courir le voir avant l’arrivée de Santa Claus !

Pour Emilia Clarke et le casting

Dans le premier rôle, Emilia Clarke, l’ex-mère des dragons de la série Game of Thrones, change de registre et fait preuve d’une spontanéité et d’une énergie qui contribuent beaucoup à la réussite de Last Christmas.

Tour à tour drôle émouvante, très investie, elle rayonne du début à la fin dans les habits d’une jeune femme un peu perdue et très attachante. L’actrice qui peut également compter sur le soutien de ses collègues, Emma Thompson (Love Actually) en tête. La prestigieuse comédienne a d’ailleurs co-écrit le scénario.

Pour le l’originalité

S’il débute comme une comédie romantique typique, Last Christmas se permet de dévier de sa route à mi-chemin pour se montrer au final beaucoup plus original que prévu. Loin de nous l’idée de vous dévoiler la surprise qu’il cache mais sachez qu’elle change tout.

Paul Feig (à qui on doit la comédie Mes Meilleures Amies), le réalisateur, se permet en outre de détourner certains codes du genre pour se les approprier totalement, à sa façon, en faisant preuve d’un joli sens de la mesure et, c’est appréciable, d’une absence totale de cynisme.

Pour l’ambiance

Last Christmas prend place aux abords du marché de Covent Garden à Londres, pendant les fêtes de fin d’année. L’occasion de voir les personnages évoluer dans un environnement enchanteur qui donne au film un petit côté conte de fée confortable et dépaysant.

Une parenthèse enchantée, avec une belle morale à la clé et plusieurs occasions de verser la larmichette !

 


A VOIR AUSSI SUR YVON MAG’

À Couteaux tirés : le « Cluedo movie » de fin d’année