Démocratisé à la fin des années 2000 aux États-Unis, l’ASMR est aujourd’hui devenu très populaire chez les ados et les jeunes adultes. Une méthode de relaxation pour le moins originale au centre d’un grand nombre de chaînes YouTube. Mais de quoi s’agit-il exactement ? Comment ça marche ? Tout le monde peut-il se lancer chez soi ? YVON vous explique tout !

L’ASMR, pour Autonomous Sensory Meridian Response (réponse autonome sensorielle culminante) désigne, par définition, la sensation agréable se traduisant souvent par des frissons au niveau du crâne provoqués par un stimulus qui peut être auditif, visuel, olfactif et cognitif. En cela, l’ASMR existe depuis toujours.

Bruits et chuchotements

Pour autant, l’ASMR tel qu’on le défini aujourd’hui ne concerne que les stimuli auditifs censés entraîner une détente accrue. Le phénomène est désormais très répandu sur le web, au fil de vidéos dans lesquelles sont produits des sons afin d’encourager un lâcher-prise chez les auditeurs. Vidéos censées faire diminuer le stress, ou même, dans certains cas, faciliter l’endormissement.

Les YouTubeurs qui produisent des clips ASMR enchaînent donc les tapotements sur divers matériaux, des chuchotements et les frottements. Certains faisant preuve de beaucoup d’inventivité car bien sûr, la profusion de vidéos a aussi entraînée une concurrence entre YouTubeurs, certains tombant clairement dans l’excès alors que d’autres se concentrent sur l’essentiel.

Est-ce que ça marche ?

Si l’ASMR a beaucoup de succès, beaucoup de chaînes YouTube cumulant plusieurs millions de vues, cela signifie forcément qu’il procure en effet du plaisir à celles et ceux qui le regardent (et l’écoutent bien sûr).

On trouve sur internet beaucoup de témoignages de personnes affirmant que grâce à l’ASMR, elles avaient retrouvé le sommeil et une nouvelle forme de sérénité. Un effet bénéfique que beaucoup expliquent par le climat de bienveillance qu’elles instaurent, faisant appel à des réflexes hérités de l’enfance, l’ASMR pouvant être utilisé comme une sorte de berceuse 2.0.

D’autres en revanche, trouvent l’ASMR à proprement parler insupportable. Le fait de voir quelqu’un balader ses doigts sur de la fourrure synthétique leur donnent envie de balancer par la fenêtre leurs enceintes et leur ordinateur dans le même élan, avant de se précipiter sur le premier morceau de metal venu !

Peut-on produire chez soi des vidéos ASMR ?

La réponse est oui, bien sûr. Il peut même être intéressant d’investir dans du matériel haut de gamme quand on entend entrer dans le « game » pour concurrencer les YouTubeurs actuels. Certes, on peut aussi faire de l’ASMR avec son smartphone, mais il est fort probable que le résultat ne soit guère convainquant.

Comptez donc au moins 100 € pour vous procurer un bon micro comme le Yeti de chez Blue Microphones. Le micro étant bien plus important que la caméra même si la norme est aujourd’hui à la HD (en d’autres termes, peu d’internautes regardent des vidéos si celles-ci ne présentent pas une qualité d’image haute définition).

Il existe également des appareils plutôt perfectionnés, offrant des perspectives plus larges, comme l’étonnant Free Space Pro II Binaural. Un engin qui se présente sous la forme de deux oreilles en plastique, que l’on va venir toucher afin d’enregistrer des sons extrêmement précis. On trouve beaucoup de YouTubeurs qui l’exploitent. Par contre, la machine a un prix, environ 2000 dollars sur le site du fabriquant.


A LIRE AUSSI SUR YVON MAG’

ASMR : les chaînes YouTube à suivre absolument