Événement télévisuel de la fin d’année 2019, la série Watchmen a largement tenu ses promesses. Loin de se contenter d’adapter à nouveau le comics culte d’Alan Moore et Dave Gibbons, ce show porté par le génie Damon Lindelof (Lost, The Leftovers) se pose véritablement comme une suite de l’adaptation de Zack Snyder. Voici donc 10 excellentes raisons de succomber sans plus tarder à cette série résolument pas comme les autres…

  1. Inutile d’avoir lu le comics

Et pas besoin d’avoir vu le film de Zack Snyder non plus d’ailleurs. Le scénario s’arrangeant pour replacer l’action et les personnages historiques dans le nouveau contexte. Pour autant, on ne saurait trop vous conseiller de vous plonger dans l’extraordinaire BD. Non seulement parce qu’il s’agit sans aucun doute de l’une des plus grandes œuvres du comics américain, mais aussi car cela vous permettra d’apprécier davantage la série.

  1. Toutes les questions trouvent leurs réponses

La saison 1 de Watchmen est un « one shot ». Elle se suffit à elle-même. Elle comporte un début et une fin et toutes les interrogations qu’elle soulève trouvent une réponse à la fin. Même si le showrunner a aussi laissé la porte entre-ouverte, juste au cas où…

  1. Regina King crève l’écran

Dans l’un des rôles principaux, Regina King s’impose comme la véritable révélation de la série. Physiquement incroyable quant il s’agit de se battre avec les bad guys, elle se montre également plus que convaincante dans l’émotion, faisant preuve de beaucoup de nuances pour nourrir les thématiques que porte son personnage de Sister Night. Vue auparavant dans Poetic Justice, Jerry Maguire, Ray ou encore Si Beale Street pouvait parler, Regina King apporte beaucoup à Watchmen, qui le lui rend bien.

  1. Pour le casting dans son ensemble

Si Regina King s’impose donc comme le pivot du show, c’est loin d’être la seule à briller. La présence au générique d’acteurs de premier plan comme Jeremy Irons, Don Johnson, Tim Blake Nelson ou Jean Smart conférent un surplus de prestige à toute l’entreprise.

  1. La musique

Toutes cette saison 1 est rythmée par le duo Trent Reznor/Atticus Ross. Déjà responsables de la bande-originale de films comme le Millenium de David Fincher, les deux hommes, grands fans du comics, livrent une partition dense et parfaitement pertinente. Du grand art ! À noter que Trent Reznor est aussi connu pour être le leader du groupe de metal industriel, Nine Inch Nails.

  1. La narration éclatée

Le scénario de Watchmen effectue à plusieurs reprises de nombreux allers-retours dans le temps et conserve pourtant une fluidité exemplaire. Jamais on ne se perd et jamais la série ne s’emmêle les pinceaux. C’est clair, net, passionnant en permanence et d’une intelligence rare.

  1. Pour le côté très actuel

Avec son scénario axé sur la montée en puissance d’un groupe raciste auquel s’oppose les héros, Watchmen prend un malin à faire de multiples liens avec la situation actuelle aux États-Unis. Les vrais méchants n’étant pas forcément ces hommes violents qui évoluent masqués mais plutôt ceux qui les dirigent, eux qui marchent à visage découvert, précédés de discours trompeurs et de promesses fallacieuses.

  1. La mise en scène démente

Très inventive, la réalisation de Watchmen se montre aussi limpide que l’écriture. Truffée de trouvailles surprenantes, stimulantes et dynamiques, la série se montre tout aussi apte à favoriser l’émergence d’une véritable émotion que compétente quand il s’agit de verser dans l’action pure ou la science-fiction.

  1. Pour l’humour

Parfois pince-sans-rire, parfois un poil cynique ou plus frontal, l’humour est souvent présent dans Watchmen, qui manie avec brio les ruptures de ton. La preuve d’une intelligence presque hors-norme sur laquelle devraient prendre exemple beaucoup de productions cinématographiques actuelles.

  1. Parce que ça change des super-héros

2019 a vu émerger quelques œuvres, au cinéma ou à la télévision, qui ont tenté de prendre à revers les films Marvel plus conventionnels. On pense notamment à The Boys ou à Umbrella Academy. Watchmen, avec ses justiciers masqués, fait de même, mais pas forcément de la même façon. Comme le comics en son temps, la série se joue des attentes et trace sa propre direction sans se soucier de se conformer à une norme que suivent souvent bien gentiment les gros blockbusters super-héroïques. Alors non, Watchmen n’a rien d’une série de super-héros. Même si au fond, on peut aussi la ranger dans cette catégorie. Paradoxal ? À peine…


A VOIR AUSSI SUR YVON MAG’

The End Of The F***ing World : que vaut la conclusion de la série ?