Depuis la sortie de son premier single en 2016, Angèle monte en puissance, imposant partout où elle passe sa verve, son caractère bien trempé et ses compositions tour à tour acidulées et concernées. Retour sur le parcours de cette passionnée qui, en quelques mois à peine, a réussi à retourner la France (mais pas seulement)…

Angèle Van Laeken est née le 3 décembre 1995 à Uccle en Belgique. Fille de la balle, elle peut très tôt compter sur sa mère, une comédienne, et sur son père, un chanteur, pour l’encourager à faire de la musique. Ses parents étant par ailleurs les fondateurs du duo pop-rock-électro Monsieur et Madame.

C’est alors que la petite Angèle débute dès 5 ans par l’apprentissage du piano. Compositeurs classiques et solfège, tout y passe ! Scolarisée dans un établissement privé très strict, la jeune femme est finalement redirigée vers l’École Decroly, où elle s’épanouit pleinement, en accord avec les valeurs artistiques de sa famille.

Fondée en 1907, l’École Decroly est connue pour ses méthodes pédagogiques s’appuyant sur l’éducation nouvelle. Non subventionnée par l’état, elle couvre la maternelle, le primaire et le secondaire et place l’enfant comme l’acteur principal de ses apprentissages. Le théâtre tenant une place de choix dans le cursus que chaque élève est amené à suivre.

Balance ton quoi

Par la suite, décidément très portée sur l’art et sur la pratique musicale, Angèle intègre une école de jazz avec pour objectif de rejoindre les rangs du groupe de son père. L’occasion pour elle de se frotter au public, dans les bars de Bruxelles, les vendredi et samedi soir et le dimanche après-midi.

Angèle, parallèlement à ses études, travaille également en tant que serveuse, histoire d’arrondir ses fins de mois et de pouvoir continuer à exercer, pour le moment plutôt modestement, sa passion. On peut également la voir jouer du piano à des mariages à longueur d’année.

Fortement influencée par toutes sortes d’artistes, évoluant dans des registres parfois radicalement opposés, dans le classique, le jazz ou l’électro-pop, Angèle flirte également avec le rap, que son frère, Roméo Elvis, pratique assidûment de son côté. Vient alors le moment de tout arrêter pour faire des concerts. « C’est venue à moi » dit la chanteuse à propos de ses débuts.

Postant régulièrement des vidéos sur son compte Instagram notamment, Angèle se fait remarquer en 2016 grâce à sa reprise du tube de Dick Annegarn, Bruxelles. Dès l’année suivante, elle apparaît sur la scène du rappeur belge Damso, dont elle s’assure les premières parties. Et puis c’est le décollage…

Début du succès

La loi de Murphy, le premier single d’Angèle, sort fin 2017 et s’empresse d’affoler la toile. 1 million de vues sur YouTube plus tard, elle sort son second essai, Je veux tes yeux, début 2018. Deux clips sont également réalisés.

En perpétuelle évolution, Angèle quitte la Belgique et s’aventure à Paris pour jouer au Trianon. Pas mal pour des débuts… La scène pop lui déroule le tapis rouge. Mc Solaar vient taper le featuring pendant son premier show parisien et on la retrouve à l’affiche d’une ribambelle de festivals en France donc, mais aussi en Belgique bien sûr et en Suisse. Très vite, Angèle sort Thune, son troisième single.

Respectée par le milieu de la pop mais aussi par celui du rap, grâce à ses collaborations avec Damso, Angèle fédère autant qu’elle surprend. Engagée, elle met en avant une belle énergie et fait souffler à elle seule un vent de fraîcheur sur la scène francophone. Compositrice, Angèle sait que si le buzz est clairement en sa faveur, seules de bonnes chansons lui permettront de rester au top ou tout du moins de continuer à vivre de sa musique.

C’est le Brol

En octobre 2018 sort enfin Brol, le premier album d’Angèle. Avec son titre un peu mystérieux pour nous Français, qui signifie en brabançon « bazar » ou « désordre », le disque fait le plein de bonnes critiques et se vend immédiatement très rapidement.

Toujours maîtresse de son destin, Angèle écrit, compose et produit ses chansons, faisant grincer quelques dents au passage. Surtout que les chansons en question n’épargnent personne ! Loin de se poser en pop star lisse, Angèle tient à faire passer des choses, notamment au sujet du sexisme dans le monde de la musique (mais pas seulement).

Comprenant un duo avec Roméo Elvis, Brol se vend à plus de 500 000 exemplaires, devenant ainsi disque de diamant. La hype s’affole et Angèle est partout ! Une deuxième édition de Brol est commandée, avec des bonus et Angèle s’envole pour New York, où elle joue à guichet fermé.

À côté de ça, la chanteuse fait ses débuts au cinéma et double Gabby Gabby, la poupée louche de Toy Story 4. On la voit aux côtés de Caballero et JeanJass et de Philippe Katerine et tout le monde parle d’elle, de ses clips, de ses engagements en faveur de l’égalité des sexes et de sa propension à cristalliser l’attention dès qu’elle ouvre la bouche pour chanter ou pour dénoncer. Même ses clips sont salués pour leur intelligence et leur côté souvent militant.

Ayant terminé 2019 en affirmant vouloir se mettre en pause, histoire de souffler un peu, Angèle sera néanmoins en 2020 à l’affiche de plusieurs festivals. Quand au deuxième album, il mettra peut-être un peu de temps à arriver…


A LIRE AUSSI SUR YVON MAG’

Chantez-vous aussi bien que Freddie Mercury ?