Lancée en grande pompe sur Netflix par Steven Moffat et Mark Gatiss, les créateurs de la série Sherlock, la nouvelle adaptation de Dracula a fait couler beaucoup d’encre. Tout ça pour ça, a-t’on envie de dire…

Car oui, Dracula est malheureusement une cruelle déception. Une relecture outrancière qui passe à côté de son sujet tout en échouant quasi-systématiquement à imposer ses nouvelles idées…

Le Comte n’est pas bon

Adaptation de l’œuvre de Bram Stoker, Dracula suit dans un premier temps studieusement les écrits de l’illustre auteur avant de prendre la tangente.

On découvre le Comte Dracula dans son château (le même où a été tourné le classique Nosferatu de Murnau), Jonathan Harker, le clerc de notaire venu d’Angleterre est aussi de la partie, mais ensuite ça se gâte. Car jamais ce Dracula ne fait preuve d’assez de mordant et surtout d’assez de cohérence pour incarner des valeurs troubles et cette volonté sans cesse réaffirmée de faire du neuf avec du vieux.

Sang pour sang

Parfois très gore, involontairement risible et ridicule, cette nouvelle incarnation tend ainsi à sans cesse tirer la couverture à elle pour tenter de faire oublier l’ancienne version. Le vampire en chef est plus facétieux, l’intrigue se mord la queue et à la fin, on oublie presque que l’on est devant l’adaptation du chef-d’œuvre de Stoker.

Le dernier épisode (la mini-série en compte 3 de 90 minutes) enfonce le pieu jusqu’à la garde en sombrant dans un ridicule embarrassant. La faute à une audace mal canalisée donc, mais aussi à une succession de choix hasardeux qui débouchent sur un spectacle certes traversé de rares fulgurances, mais aussi et surtout à côté de la plaque.

Dans les dents !

La douche est plutôt froide ! Steven Mofatt et Mark Gatiss ayant finalement échoué dans leurs efforts de modernisation du mythe. Ce qui fonctionnait avec Sherlock Holmes accuse ici trop de ratés pour convaincre sur la longueur. Sans compter que la rythmique, en dents de scie, provoque irrémédiablement l’ennui.

Et que dire que Claes Bang, le nouvel interprète de Dracula ? Un acteur qui ne démérite pas, mais qui a lui aussi du mal à s’imposer. Surtout si on le compare aux plus illustres acteurs, Christopher Lee et Gary Oldman en tête, ayant par le passé prêté leurs traits au plus légendaires des vampires.


A LIRE AUSSI SUR YVON MAG’

10 bonnes raisons de regarder Watchmen