Publié en France en 2014, le livre de Donald Ray Pollock, Le Diable, tout le temps, a indéniablement marqué les esprits. Une histoire en forme de chassé-croisé de personnages en pleine détresse, violents et torturés par des démons tenaces. Netflix en a fait un film remarquable !

Plusieurs destins se télescopent au sein de cette fresque ambitieuse, où il est notamment question d’un prêtre persuadé de pouvoir ressusciter les morts, d’un couple de serial killers et d’un soldat fanatique.

Alors forcément, exposé ainsi, Le Diable, tout le temps peut paraître un peu hasardeux. Pourtant, le scénario parvient à rendre cette tragédie en plusieurs actes remarquablement fluide et percutante. Un script, de plus, très fidèle à son modèle littéraire. L’auteur, Donald Ray Pollock assurant d’ailleurs la voix off tout du long.

Casting en or 

Porté par une distribution très classe, comprenant notamment Tom Holland (Spider-Man : Far From Home), Robert Pattinson (Tenet, The Batman), Bill Skarsgard (Ça), Sebastian Stan (Captain America : Le Soldat de l’hiver) ou encore Riley Keough (Logan Lucky, Under The Silver Lake), Le Diable, tout le temps fait partie de ces films que l’on oublie pas.

De ces œuvres qui ont le pouvoir de vous saisir à la gorge dès les premières images. Un long-métrage habité d’une mélancolie prégnante, capable d’émouvoir et de terrifier l’instant d’après.

Parfois à la lisière du film d’horreur, toujours pertinent dans son propos, le film d’Antonio Campos brille également par son sens de la nuance. Car si certaines scènes s’avèrent extrêmement marquantes, rien ici n’est vain ou sensationnaliste. La fin, très touchante, va d’ailleurs dans ce sens…

 


A LIRE AUSSI SUR YVON MAG’

L’appli Stoorist recrute des étudiants accompagnateurs dans des activités culturelles


 

L’email a bien été copié