Les jeunes ont beaucoup moins de rapports sexuels qu’il y a 20 ans. C’est la conclusion d’une étude menée entre 2000 et 2018 sur des américains âgés de 18 à 34 ans par des chercheurs de l’Université de Chicago.

C’est particulièrement vrai chez les jeunes hommes âgés de 18 à 24 ans. En 2018, 30 % d’entre eux déclare ne pas avoir eu de relations sexuelles au cours de l’année passée contre 18,9 % au début des années 2000. Même constat chez les 25-34 ans qui étaient 7 % à ne pas avoir eu de relations sexuelles depuis au moins un an en 2000, contre 14,1 % en 2018.

D’après une autre enquête sur les comportements à risque des jeunes réalisée par les centres américains de prévention et de la lutte contre les maladies , entre 1991 et 2017, le pourcentage d’adolescents de 14 à 18 ans ayant eu des rapports sexuels est passé de 54 à 40 %.

Les américains ne sont pas les seuls concernés par ce phénomène. D’autres études, en Allemagne ou encore en Angleterre notamment, corroborent ces résultats.

Où est passée la libido ?

Pourtant, la parole sur libère sur la sexualité, l’accès à la contraception est facilité et les applis de rencontre ne manquent pas pour trouver des partenaires potentiels. Alors, pourquoi les jeunes ont-ils moins de rapports que leurs aînés ?

Dans les conclusions de leur étude, les chercheurs de l’Université de Chicago mettent en avant plusieurs raisons qui peuvent expliquer cette baisse des rapports sexuels chez les jeunes. Le stress, l’agitation de la vie moderne, la division du temps entre le travail, les loisirs et les relations intimes sont des facteurs mis en avant. La grande accessibilité à des divertissements en ligne ou le smartphone peuvent également agir comme une forme de concurrence à l’égard des activités sexuelles.

S’il est difficile de comprendre tous les mécanismes en jeu, les chercheurs mettent également en avant le fait que les taux de dépression et d’anxiété ont augmenté chez les jeunes adultes américains. Cause ou conséquence ? Et vous, qu’en pensez-vous ?


 A LIRE AUSSI SUR YVON MAG’

Binge-watching : et votre santé ?


L’email a bien été copié

 

L’email a bien été copié

 

L’email a bien été copié

 

L’email a bien été copié

 

L’email a bien été copié

 

L’email a bien été copié

 

L’email a bien été copié

 

L’email a bien été copié