Si Taken, premier du nom, a cartonné dans le monde, il a aussi fait de Liam Neeson une véritable star du cinéma d’action. L’acteur, jusqu’alors plutôt cantonné à un registre plus « dramatique », s’éclate depuis dans des productions de qualité variable dans lesquelles il multiplie les bourre-pifs. The Good Criminal étant le dernier en date. Un thriller dans lequel Liam Neeson campe un perceur de coffre en pleine rédemption…

  1. Liam Neeson

Oui, c’est bel et bien l’acteur qui constitue la raison principale de payer sa place pour The Good Criminal. Plutôt en pilotage automatique, ce dernier traîne son spleen au cœur d’une intrigue taillée sur mesure afin de lui permettre de balancer quelques coups bien sentis, qui réchaufferont le cœur de celles et ceux qui jadis, ont vibré devant sa folle escapade parisienne dans Taken.

Certes, Neeson a pris de la bouteille (il flirte avec les 70 ans) mais il tient encore bon la barre et réplique toujours avec une belle hargne. Rien que pour ça…

  1. L’intrigue, simple mais efficace

Certes, on aurait pu s’attendre à quelque chose de plus complexe vu le CV de Mark Williams, le réalisateur. Ce dernier étant l’un des deux instigateurs de l’excellente série Ozark (sur Netflix). Mais en l’état, The Good Criminal fait le job.

Avec ses méchants flics corrompus comme on en voyait tant dans les années 80, et ses retournements de situations simplistes mais efficaces, il propose un divertissement à l’image de son héros : honnête !

  1. On ne s’ennuie pas

Si l’introduction de The Good Criminal aurait mérité d’être un peu plus concise, la suite va nettement plus vite. Le spectacle tenant l’ennui à bonne distance. Et si on fait exception de quelques effets pas toujours très heureux, la mise en scène est de bonne facture.

En cette période de disette cinématographique, où tous les gros projets sont, soit balancés sur les plateformes de VOD soient repoussés ad vitam eternam (coucou James Bond), The Good Criminal fait office de bel os à ronger à destination des amateurs d’action. Il serait mal venu de se plaindre !


A LIRE AUSSI SUR YVON MAG

Enola Holmes : 3 bonnes raisons de suivre les aventures de la sœur de Sherlock !


L’email a bien été copié

 

L’email a bien été copié